La place du Jésus de l'histoire dans la théologie

Roch KERESZTY
Le Christ - n°130 Mars - Juin 1997 - Page n° 49

Le fait que Jésus lui-même n'ait pas écrit une seule ligne mais ne peut être connu que par le témoignage de ses disciples, fait ressortir le lien indissoluble entre la foi personnelle et la foi de l'église. La foi de chacun en Jésus repose sur le témoignage de l'église apostolique et, inversement, la foi en Jésus-Christ mène à reconnaître son église comme le lieu où sont véritablement compris et intégrés son enseignement et le mystère de sa personne.

Éclaircissements méthodologiques

L 'intérêt pour « le Jésus de l'histoire » semble avoir été programmé pour rebondir. La pichenette initiale en fut, dans la mouvance « libérale », la publication par Lessing, à la fin du XVIIIe siècle, d'un manuscrit de Reimarus. Le mouvement gagna de l'ampleur et suscita des passions lorsque D. F. Strauss introduisit une distinction entre le « Jésus de l'histoire » et « le Christ de la foi ». Pour lui, le premier était le « vrai Jésus », et le second n'était qu'un mythe cristallisé dans les dogmes chrétiens. Le rôle de l'historien était de libérer le véritable Jésus du carcan ot1 l'avait enfermé l'enseignement de l'Église. Pendant près d'un siècle, les universités protestantes en Allemagne continuèrent à produire en série des Vies de Jésus, chaque nouvelle mouture revendiquant d'être définitive et de rendre caduques les précédentes. Cette fuite en avant reçut toutefois un coup d'arrêt au début de ce siècle, lorsqu'Albert Schweitzer démontra que chaque chercheur ne faisait que se refléter lui-même dans le portrait qu'il peignait d'un Jésus soi-disant historique. [...]

Pour lire la suite de cet article, vous pouvez télécharger gratuitement ce numéro, acheter la version papier ou vous abonner pour recevoir tous les numéros!

 

 


Revue papier

Prix HT €* TVA % Prix TTC* Stock
15.67€ 2.10% 16.00€ 22

Revue numérique

Titre Prix HT € TVA % Prix TTC Action
Le Christ - pdf Gratuit pour tout le monde Télécharger