Les Églises et la question sociale en France dans la première moitié du XIXe siècle

Gérard CHOLVY
La confirmation - n°43 Septembre - Octobre 1982 - Page n° 90

Gérard CHOLVY

 

'Un lieu commun très répandu consiste à dire que l'église du XIXe siècle s'est désintéressée du sort des ouvriers et que, malgré l'exemple de quelques isolés vaguement hétérodoxes comme Lamennais ou de quelques généreux exaltés comme Ozanam, l'église hiérarchique a constamment soutenu les ''nantis''. Ce qui permet selon les cas d'étendre le même jugement à l'église actuelle ou d'exalter le caractère prophétique du non-conformisme clérical

Une étude historique rigoureuse de cette période commence à nous faire découvrir que les catholiques (et les protestants) ne se désintéressaient pas de la a question sociale » et que les évêques surent être au premier rang de ceux qui dénonçaient ''l'exploitation de l'homme par l'homme''. On perçoit mieux alors la continuité de l'enseignement social de l'église

La première page, 90, est jointe.'

UNE partie des efforts qu'ont tentés les Églises pour faire face aux progrès de l'ignorance et du détachement religieux a été enrayée par la montée des problèmes nouveaux posés par le développement industriel : le machinisme, l'urbanisation, le libéralisme économique.

Il y avait toujours eu des pauvres parmi les habitants des villes et des campagnes, et l'assistance était largement pratiquée sous l'Ancien régime, à la mesure du recul progressif du rôle traditionnel de la famille. Mais une grande partie des institutions qui soutenaient l'une et l'autre fut sapée par la vente des biens provenant des legs charitables (aux hôpitaux, hospices, Hôtel-Dieu, aux chapitres, aux paroisses) et les progrès de l'individualisme (les familles-souches se font beaucoup plus rares). Sans doute l'un des résultats de l'impulsion donnée par la législation révolutionnaire fut-il d'entraîner, ici ou là, une diffusion plus large de la propriété, et, par là-même, une sensible réduction du paupérisme. Mais trop de facteurs ont joué en sens inverse pour que la précarité des conditions individuelles ne soit pas aggravée. Le (p.90) surpeuplement relatif des campagnes est une réalité jusqu'au milieu du siècle : il faut souligner que, jusqu'en 1850 au moins, les problèmes sociaux les plus importants sont ceux des campagnes, forte demeurant la fécondité et faibles, surtout, les possibilités d'émigration. La conjoncture économique est défavorable. Les progrès du machinisme contribuent à rendre plus difficiles les conditions de travail et d'existence de milliers d'artisans, d'ouvriers et d'ouvrières à domicile - il est un fait que la durée du travail s'allonge - , cependant que les premiers phénomènes de concentration, si limités soient-ils encore, donnent naissance à un nouveau prolétariat qui comprend un nombre croissant de femmes et d'enfants.

 

.........


Revue papier

Prix HT €* TVA % Prix TTC* Stock
11.75€ 2.10% 12.00€ 3

Revue numérique

Titre Prix HT € TVA % Prix TTC Action
La confirmation - pdf Gratuit pour tout le monde Télécharger
Sacrement de Dieu Esprit - pdf Gratuit pour tout le monde Télécharger