Marie chez les premiers Pères

Piet RENTINCK
Né de la Vierge Marie - n°15 Janvier - Février 1978 - Page n° 72

Normal 0 21 MicrosoftInternetExplorer4
st1\:*{behavior:url(#ieooui) } /* Style Definitions */ table.MsoNormalTable {mso-style-name:"Tableau Normal"; mso-tstyle-rowband-size:0; mso-tstyle-colband-size:0; mso-style-noshow:yes; mso-style-parent:""; mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt; mso-para-margin:0cm; mso-para-margin-bottom:.0001pt; mso-pagination:widow-orphan; font-size:10.0pt; font-family:"Times New Roman";}

me si les premiers efforts de la théologie patristique n'ont pas porté sur la « mariologie » au sens moderne, la figure de Marie s'est immédiatement imposée comme déci­sive, parce qu'elle ne peut être isolée du mystère du Christ.

C'est ce qu'ont développé Ignace d'Antioche et Irénée de Lyon.

La première page, 72, est jointe.

Normal 0 21 MicrosoftInternetExplorer4
st1\:*{behavior:url(#ieooui) } /* Style Definitions */ table.MsoNormalTable {mso-style-name:"Tableau Normal"; mso-tstyle-rowband-size:0; mso-tstyle-colband-size:0; mso-style-noshow:yes; mso-style-parent:""; mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt; mso-para-margin:0cm; mso-para-margin-bottom:.0001pt; mso-pagination:widow-orphan; font-size:10.0pt; font-family:"Times New Roman";}

LA place de Marie dans la vie des premiers chrétiens peut sembler restreinte : les premières fêtes mariales n'apparaissent qu'au VIe siècle en Orient, avant de passer en Occident ; on ne connaît pas de lieux de pèlerinage en l'honneur de la Vierge, alors qu'on se rend très tôt aux tombeaux des martyrs ; l'Ave Maria tel que nous le connais­sons ne date que du XVIe siècle, et le Sub tuum praesidium (« Nous avons recours à votre protection, sainte mère de Dieu ; ne rejetez pas les prières que nous vous adressons dans nos besoins, mais délivrez-nous toujours de tous les dangers, Ô Vierge glorieuse et bénie !») ne remonte guère au-delà du IVe siècle. La confiance dont cette prière témoigne nous fait supposer pourtant, bien avant, une grande dévotion envers Marie. On en trouve encore des traces dans les représentations des catacombes, dans les ex-voto, ou dans les évangiles apocryphes, fort populaires, par exem­ple dans le Protévangile de Jacques, qui date d'avant 200. On y parle des parents de Marie, de son enfance, de son séjour au temple, des problèmes posés par son mariage avec Joseph. On y raconte sa dormition et son assomption. On voit par là l'intérêt ressenti pour la figure de Marie.

Les Pères de l'Eglise parlent en abondance de Marie et de sa place dans l'histoire du salut. Nous nous en tiendrons cependant à deux auteurs du IIe siècle, Ignace d'Antioche et Irénée de Lyon. Tous deux présentent une atmosphère très différente de celle des apocryphes : ils ne s'intéres­sent guère à la vie de Marie, mais concentrent toute leur attention sur le rôle de celle-ci dans le mystère de l'Incarnation. A l'époque, ce mystère (p.72) est en effet attaqué de deux côtés. Ignace d'Antioche doit ainsi lutter contre les docètes, pour lesquels le fils de Dieu n'aurait pris qu'en « apparence » (en grec : docèsis) la figure d'un homme, et n'aurait donc subi sa passion et sa mort qu'en apparence aussi. Irénée lutte, lui, contre les gnostiques et leur mépris pour ce qui est matériel, en particulier le corps, auquel, d'après eux, le divin ne pourrait s'unir. Ignace et Irénée mettent en relief la maternité de Marie pour montrer, contre ces erreurs, la véritable humanité de Jésus.

D'un autre côté, ils s'opposent à ceux qui ne voient en Jésus qu'une simple créature, de rang surhumain, prophète ou archange. Pour Ignace, ce sont des judaïsants qui n'acceptent rien que ce que vérifie l'Ancien Testament, et qui ne reconnaissent pas ce que l'Evangile a d'unique : la venue du Sauveur, sa croix et sa résurrection (1). Pour Irénée, ce sont les Ebionites, qui font de Jésus un simple homme, fils de Joseph (2). Tous deux font alors ressortir la virginité de Marie pour mettre en lumière l'origine divine de Jésus.

 

Marie est mère  (voir aussi article de 2016 non écrit par Communio à propos de la fête du 11 octobre: Marie Mère de Dieu)

…….

 


Revue papier

La revue papier est épuisée , seul l'achat de pdf est disponible

Revue numérique

Titre Prix HT € TVA % Prix TTC Action
Né de la Vierge Marie - pdf Gratuit pour tout le monde Télécharger