La fin des vertus

M. Olivier BOULNOIS
Justice et Tempérance - n°151 Septembre - Octobre 2000 - Page n° 5

Avec la vertu de justice et celle de tempérance, après la prudence et la force, la revue Communio achève l’étude des quatre vertus fondamentales. Est-ce la fin des vertus ? – C’est plutôt l’occasion de se demander (en un autre sens du mot fin), si ces vertus ont une finalité. Pourquoi une revue catholique s’est-elle lancée dans cette aventure ? Étions-nous mûs par une simple curiosité historique, pour des vertus qui ont marqué l’histoire de la chrétienté, mais qui sont maintenant hors d’usage ?

I. Le christianisme a-t-il besoin de vertus ?

D’un simple point de vue sociologique, nous assistons au grand retour des vertus. Celles-ci suscitent la curiosité, répondent à un besoin ou entraînent l’enthousiasme – le succès de plusieurs ouvrages récents, de style populaire (A. Comte-Sponville, Petit traité des grandes vertus) ou savant (A. MacIntyre, After virtue), en est le signe éclatant. Mais ce succès repose lui-même sur une ambiguïté : à des lecteurs en quête de sens, ces ouvrages ne proposent qu’une morale empirique, variant selon les cultures, et soumise au bon plaisir de celui qui la pratique. Il dissimule peut-être une contorsion pour éviter de parler de « morale », en remplaçant celle-ci par le narcissisme d’un moi qui se cultive lui-même avec une satisfaction bienpensante. La question posée est pourtant cruciale, et la traiter reste [...]

 

Pour lire la suite de cet éditorial, vous pouvez télécharger gratuitement ce numéro, acheter la version papier ou vous abonner pour recevoir tous les numéros!


Revue papier

Prix HT €* TVA % Prix TTC* Stock
15.67€ 2.10% 16.00€ 15

Revue numérique

Titre Prix HT € TVA % Prix TTC Action
Justice et Tempérance - pdf Gratuit pour tout le monde Télécharger